Techniques de racontée I

Techniques de racontée


I. Formules, devinettes, comptines

Pour enrichir les racontées


I


1. Formules

Les formules sont la clef d’entrée dans l’imaginaire:

Obtenir l’attention en début de racontée

la relancer en son milieu

Refermer les portes du rêve


Formules de commencement

Ces formules sont utilisées pour ouvrir

aux auditeurs les portes de l’imaginaire


Les histoires qui vont se raconter ne nous appartiennent pas.

Elles appartiennent à celui ou celle qui les raconte

et à ceux qui les écoutent,

A l’instant même où elles se racontent.

Partageons ces histoires,

puis elles continueront leur voyage

grâce à nos bouches et à nos oreilles.


Cette parole, vous la regarderez avec vos yeux,

vous l’écouterez avec vos oreilles,

vous la goûterez avec votre bouche,

vous la sentirez avec votre nez.

Ce que je sais, c’est qu’elle rentre en vous.

Ce que je veux, c’est qu’un jour elle ressorte de votre bouche

et réchauffe tous ceux qui vous écoutent.


Dans notre jardin, nous avons un arbre à merveilles

qui produit des fruits plus tendres que le pain.

Mais, pour goûter ce pain, il faut s’étendre sous l’arbre,

avec dans la main deux sous de sagesse

et un grand sac vide pour ramasser tout ce qui tombe.

La récolte faite et les sacs tout plein de merveilles,

on le dispense à qui l’on veut.


C’est une histoire qui peut durer quelques secondes, quelques minutes,

quelques heures, un jour, une nuit, jours et nuits, nuits et jours,

des semaines entières, des mois, des années,

toute la vie du conteur et de ses enfants, petits enfants,

petits-petits enfants, génération après génération.

C’est une histoire sans commencement ni fin…

de désormais en désormais…


Un fois il y avait, un fois il n’y avait pas

Qui ? Je ne m’en souviens plus.

Quand ? J’ai oublié.

Mais, quoi qu’il arrive, il était une fois,

parce qu’une fois suffit bien !

Et ce n’est jamais la dernière fois,

car chaque fois que l’on raconte

c’est comme si c’était la première fois.


En ce temps là, je ne sais plus quand, mais ce que je sais,

c’est que c’était aux temps où les rêves savaient prendre forme,

c’était aux temps anciens, où l’on avait le temps…



Formules de fin

Elles ramènent les auditeurs de l’imaginaire au monde réel


Nous avons raconté nos histoires.

Maintenant elles nous appartiennent.

Que vive celui qui le sait,

Que vive celui qui le chante,

Que vive celui qui le comprend,

Que vive celui qui l’entend.

A vous de les conter auprès de ceux

qui ont besoin de les entendre.

(A suivre)



2. Devinettes

Les devinettes font partie des

« Trucs et astuces » des conteur(e)s

pour relancer l’attention du public

en le faisant participer


Sept nains pour Blanche-Neige

Sept notes pour la gamme

Sept jours pour la semaine

Sept merveilles du monde

Je suis l’écharpe aux sept couleurs

Un blanc tapis

avec ses fronces et ses plis

que l’hiver

a tiré pour cacher la terre.

L’hiver a bien du talent :

il dessine au crayon blanc

des arbres étincelants.

Belle,

parce qu’il gèle

Dure,

par la froidure

Lisse,

pour que tu glisses.

Parfois je suis un château,

parfois je suis un chameau

Mais je peux être un visage,

un vieux sage, un paysage,

un monstre, un cacatoès,

une barque, un aloès…

Je me transforme souvent

au gré des songes du vent.

Réponses

(Arc en ciel, neige, givre, glace, nuage)


(A suivre)


3. Comptines

Les comptines apprennent à compter mais aussi à conter !

copyright :wapedia.com

Quand il y a du vent

Quand il y a du vent, mon petit chien est blanc.

Quand je le sors, le soir, mon petit chien est noir.

Mais il peut être bleu, au salon , quand il pleut

Ou devenir tout rouge quand le soleil se couche.

Il est rose à toute heure sous les pommiers en fleurs

Et roux lorsque l’automne le mitraille de pommes.

Je l’appelle Arcenciel.

Bien qu’il soit, quand il neige, un peu gris, un peu beige,

Et doux comme un pastel quand revient la Noël.

( » Emporte- moi, mon cerf-volant  »

de Maurice Carême et Isabelle Charly

chez Gautier Languereau)

copyright :alertes-meteo.com


Petite neige

Quelques flocons,

sous un réverbère,

papillonnent dans la lumière

et picotent la nuit

d’une pluie de confettis.

Bonshommes de neige

Des bonshommes tout blancs

traversent le champ :

des bonshommes à chapeau,

des bonshommes à grand nez,

des bonshommes en manteau

avec de drôles de pieds.

Ils glissent sur la glace,

ils passent et disparaissent

dans leurs habits gelés.

copyright : environnement.ecoles.free.fr

Atchoum !

Atchoum !

Le dindon a froid aux plumes,

le dindon a un gros rhume.

Atchoum !

Sa gorge le gratte,

il a très mal aux pattes.

Atchoum !

Le dindon est enroué,

il ne peut plus chanter.

Atchoum !

ça suffit comme ça,

le dindon va se coucher !


(« 101 poésies et comptines des quatre saisons »

de Corinne Albaut et Sophie Arnould

Chez Bayard Jeunesse)


Compter


Polichinelle monte à l’échelle

Un peu plus haut se casse le dos

Un peu plus bas se casse le bras

Trois coups de bâton :

En voici un, en voici deux, en voici trois !


Sauterelle au bord des champs

Saute avec tes ailes vertes !

As-tu des petits enfants ?

J’en ai 3, 4, 5, 6, 7

Ils ont tous des ailes vertes

8, 9, 10, 11

En pension chez le grillon


Les jours de la semaine


Bonjour Madame Lundi

Comment va, Madame Mardi ?

Très bien Madame Mercredi

Dites à Madame Jeudi

De venir Vendredi

Pour danser Samedi

Dans la salle de Dimanche


Plaisir des mots


Compote et minote et pelote et ravigote

Quenote et grelote et petiote est rigolote


Bigoudi est raplapla

Il a mangé du sparadrap

Chatpristi est ramolli

Il a mangé des spaghettis

Ratatouille est corneguidouille

Il a mangé dix-huit andouilles


(A suivre…)