Ecritures II

II. Contes  des « Petits Feuillus »


Ces contes ont été créés pour paraître dans la revue « Equipée »

des Eclaireuses, Eclaireurs de France

mouvement de scoutisme laïc dont la pédagogie

s’appuie sur l’action, le jeu et l’imaginaire

Ils sont destinés aux enfants de 8 à 10 ans,

dits « louvettes & louveteaux »

Ils sont illustrés par Héloret,

(dessinateur présenté dans l’article du 9 février 2010)


1. « Le Petit Feuillu »


Il était une fois, dans la ville de « Nulpar » » un jeune garçon qui avait décidé de se promener dans le Bois de la Rivière situé derrière chez lui. Il avance dans l’allée qui traverse le  bois, en parlant un peu fort  car l’obscurité sous les arbres l’intimide un peu. Il se raconte des histoires de monstres, de dragons et de loups pour se faire peur. Julien ramasse un bâton avec lequel il se met à taper de toutes ses forces sur les plantes et les arbres au passage. Il est en train de se battre contre les monstres… Il allait donner un coup de pied dans un champignon rouge à pois blanc quand une petite voix lui crie d’un ton indigné :

–         « Non mais, tu pourrais faire attention, tu allais me taper dans la tête ! »

Intrigué, Julien se penche et aperçoit un tout petit bonhomme, pas plus haut que le champignon, qui, les mains sur les hanches, le regarde d’un air furieux. Il est vêtu d’un costume d’herbe tissée et coiffé d’un chapeau de feuilles mortes orné d’une plume de geai.

–         « Qui es-tu ? »

–         « Tupatou »

Copyrights : Héloret et EEDF


Julien a les yeux tellement ronds que le petit personnage éclate de rire et lui explique qui il est : un Petit feuillu, être du Petit Peuple qui vit dans et avec la nature et qui peut se rendre visible ou invisible à volonté. Il lui explique alors que s’il veut se battre contre les monstres, il peut le faire « pour de rire », car quand il tape sur les plantes et les arbres, il les abîme et les fait souffrir, même si il ne les entend pas. Puis il propose à Julien de l’accompagner dans sa balade pour lui expliquer la forêt C’est ainsi que Julien apprend à reconnaître des fleurs, des plantes, des arbres, des oiseaux tout au long de sa promenade.

Il découvre aussi comment s’amuser dans la nature sans l’abîmer. Les amis  Petits Feuillus de Tupatou, lui expliquent les gestes à préférer :

v     construire des cabanes en bois mort plutôt qu’en coupant des branches

v     utiliser de la ficelle (surtout pas de clous ni de fil de fer sur les arbres)

v     refermer les barrières après son passage

v     s’abstenir de faire du feu dans le sous-bois

v     utiliser les toilettes publiques s’il y en a, ou bien recouvrir avec des feuilles mortes pour effacer les traces

v     faire un « rateau » pour ramasser tout ce qui traîne avant de partir

v     utiliser les poubelles pour jeter ses papiers et les restes du goûter ou du pic-nic, ou encore prévoir un sac poubelle et les remporter avec lui.

Copyrights : Héloret et EEDF

Julien a passé une excellente après-midi. Il salue son nouvel ami et lui promet de revenir. Il court sur le chemin du retour, tant il a hâte de raconter ses aventures aux ami(e)s  de son quartier. Soudain il trébuche contre une racine et tombe, tombe, tombe… et se réveille dans son lit. Il a rêvé !

Julien est encore tout étonné de ses aventures de la nuit. Tout ébouriffé, il prend son petit déjeuner dans la cuisine et il lui vient une idée : cet après midi il a réunion avec le Cercle des Louveteaux. Ils doivent décider pendant le Conseil des activités des sorties d’automne. Et s’il leur proposait d’aller dans le Bois de la Rivière pour construire des cabanes, découvrir la nature et faire un grand chantier-nettoyage ? Vite il s’habille en rêvant à de nouvelles aventures… peut-être reverra-t-il son ami Tupatou le Petit Feuillu ?

Les plus grands lui disent bien qu’il rêve, mais… si c’était vrai ?


2. Les conséquences d’un vote


Il  était une fois, dans la ville de Nulpar,un jeune garçon, Julien. Il court pour arriver le plus vite possible à la réunion des louveteaux. Il veut absolument leur raconter sa rencontre avec Tupatou, le Petit Feuillu du Bois de la Rivière.

A peine arrivé, il commence à leur parler de son rêve. Il s’embrouille dans les mots tellement il veut en dire. Face à lui, Thomas « celui-qui-croit-que-ce-qu’il-voit » ricane et se moque de lui :

– Des Petits feuillus, ça n’existe pas ! Tu nous soûles avec ton rêve.

– Si, ça existe ! Sinon je ne les aurais pas vus dans mon rêve !

Les autres enfants hésitent à prendre parti pour l’un ou pour l’autre. Les deux adversaires sont prêts à se battre pour leurs idées quand Vincent, le Responsable, les sépare et annonce le début du Conseil.

Louveteaux et louvettes prennent place dans le cercle et décident d’abord qui va animer la réunion et qui va prendre des notes. Le Conseil commence. Chacune et chacun propose des activités pour le prochain trimestre et le secrétaire les note au tableau.

Julien parle de ses idées de cabanes, d’aventure, de découverte et de nettoyage de la nature. Quand tous ont parlé, ils reprennent une à une les idées proposées, en discutent et donnent leur avis en s’écoutant les uns les autres. Puis ils choisissent ! Voici ce qui a été décidé : à la  prochaine sortie, ils partiront à l’aventure au Bois de la Rivière et au retour de leur exploration, ils décideront des activités des sorties suivantes.


Le jour de la sortie est arrivé. Tous sont impatients d’aller à la découverte. Mais…dès l’orée du bois, ils trouvent un champignon rouge à pois blancs surmonté d’une flèche qui leur indique un sentier s’enfonçant dans les buissons.

Copyrights : Héloret et EEDF


De champignon en champignon, ils font ainsi la connaissance de Tupatou, Boipatou, Mangepatou et Touchepatou, Petits Feuillus qui leur font découvrir  arbres, plantes et animaux au fil de ce drôle de jeu de piste.

A l’heure du goûter, au bord du ruisseau, ils décident alors de ce qu’ils feront au cours des prochaines sorties : une cabane, un barrage et des moulins, des mangeoires pour les oiseaux… L’après-midi se termine, toute la forêt flamboie sous les rayons du soleil couchant.

Nos louveteaux et louvettes rentrent. Tout le long du chemin, ils ramassent ce que d’autres promeneurs ont jeté : papiers, bouteilles ou canettes, tels des Petits Poucets, tout en se racontant ce qu’ils ont vu. Les uns croient dur comme fer avoir reconnu l’un des Petits feuillus dans la forme d’une vieille souche, un autre a cru en apercevoir un sous un rocher, un troisième est sûr de les avoir entr’aperçus entre les branches d’un bouleau…

Thomas ne dit rien. Il es content car il a appris plein de choses sur la nature et vécu une aventure, pour de vrai ! Le soir, dans son lit, il lui semble entendre une petite voix chuchoter : « La démocratie, c’est écouter les autres, donner son avis, décider ensemble, prendre des responsabilités. »

– Qui est là?

Thomas tourne la tête et voit un petit bonhomme tout de rouge vêtu, coiffé d’un chapeau en forme de dictionnaire.

Copyrights : Héloret et EEDF


– Je suis Kisaitou, le Petit Feuillu savant. Je vis dans les bibliothèques. C’est moi qui viens parfois lire ton livre pendant que tu dors ! Je peux t’affirmer qu’aujourd’hui vous avez vécu votre aventure en mettant en pratique la démocratie.

Thomas « celui-qui-croit-que-ce-qu’il-voit » sourit en s’endormant : après tout, peut-être qu’ils existent…Qui sait?


3. Un, deux, trois…Soleils !


Julien, Thomas, Ambre et les autres Louvettes et Louveteaux sont assis au soleil, au bord du ruisseau qui traverse le Bois de la rivière. Leurs visages sont rouge cerise tant ils ont couru, crié, grimpé, cherché pendant le grand jeu qui les a amenés de découverte en découverte avec les Petits feuillus.Vincent, le Responsable, leur demande de venir se mettre à l’ombre car le soleil « tape » trop fort. Thomas se lève mais Julien aimerait bien refuser car Ambre veut rester là. Et il l’aime bien…Evidemment, elle supporte mieux le soleil puisque sa peau est déjà bronzée. Mais Vincent insiste et le goûter est bien tentant !

copyrights Héloret & EEDF

A peine nos amis se sont-ils assis en dévorant leur tartine qu’une petite voix chantonne :

– « Le soleil m’appartient et le soir il dit des histoires… »

Les enfants tournent la tête et  voient , entre les feuilles d’un bouleau, un drôle de petit personnage, tout de jaune vêtu, avec un bonnet o rayons duquel pendent des perles de rosée qui brillent de mille feux.

– « Qui es-tu? Chuchotent-ils.

– « Brulpatou, le Petit Feuillu du soleil »

– « Raconte-nous l’histoire du soleil… »

– « Cela dépend dans quelle partie du monde vous êtes…Mais enfourchez un de mes rayons et partons pour un voyage autour de la Terre »

copyrights : Héloret & EEDF


Brulpatou leur raconte alors que les humains ont depuis toujours aimé le soleil, ils l’ont adoré et même considéré comme un dieu…Certains l’appellent « l’oeil du ciel »; Sorya en Inde et Hélios en Grèce s’élancent vers le ciel sur un char tiré par des chevaux ; on dit même que Phaëton, fils d’Hélios, voulut conduire le char solaire et ne put retenir les chevaux qui le précipitèrent dans le fleuve Eridan. Râ, en Egypte, parcourt le ciel dans une baraque pendant le jour et passe la nuit au royaume des morts, menée par Oupouaout, le dieu à tête de loup.

En Australie, le dieu du soleil sort tous les matins vêtu d’une peau de kangourou rouge…En Amérique, les Amérindiens des Plaines dansaient face au soleil pour le prier; les Incas se disaient fils du soleil et les Aztèques l’appelaient Huitzilopochtli et lui offraient des sacrifices de sang.

An Asie, le soleil est une femme (et la lune un homme) : Amaterasu au japon, vaches d’Indra en Inde mais aussi femme-mère du monde chez les Dogons d’Afrique et mère de Grainne en Irlande.


Après avoir cru longtemps que le soleil tournait autour de la terre, les hommes savent maintenant que c’est l’inverse, mais aussi que le soleil mène un double jeu : il est celui qui dessèche les plantes, assèche les eaux et rougit les peaux fragiles. Rappelez-vous l’histoire d’Icare, qui s’est échappé d’un labyrinthe en s’envolant avec des ailes de cire et de plumes, qu’il a brûlées en s’approchant trop près du soleil…

Mais il est aussi celui qui éclaire, fait pousser les plantes, réchauffe et réjouit : il procure la lumière, annonce le printemps, fournit de l’électricité et de l’eau chaude avec les panneaux solaires et lorsqu’il se lèvera au matin du 1er août 2007, il éclairera le deuxième siècle du Scoutisme dans le monde entier.


Julien, Thomas et Ambre semblent s’éveiller quand Vincent leur annonce qu’il est temps de rentrer : le soleil va se coucher. C’est la tête pleine de rêves qu’ils se dirigent , guidés par les derniers rayons émis par notre belle étoile.



(A suivre… )